Des Master pour les enseignants et des nèfles pour les politicards

Publié le par karine

Sarkozy présente ses voeux à l'Education Nationale aujourd'hui. Non content de nous avoir présenter ses voeux le 31 décembre dernier et de déclarer à ses concitoyens qu'ils allaient en baver, il a besoin de réitérer ses voeux par ministère.
Présentera t il aussi ses voeux aux pêcheurs en Bretagne ?

Toujours est il qu'il entend toujours mener à bien la réforme prônée par Darcos.
Dans un contexte de crise économique, il veut limiter la propagation de la dette publique par le biais de la suppression de fonctionnaires.

Il est étrange tout de même que certains ministères se sont dotées de budgets conséquents mais au final les concitoyens n'ont pas remarqué grand chose.
Prenons l'enseignement scolaire - plus de 59 millions d'euros attribués pour l'enseignement scolaire en 2008, chiffre à faire crever de jalousie n'importe quel banquier.
ces 59 millions devraient permettre aux enfants d'avoir un enseignement de qualité....

Mais avec l'économie peu florissante de ces dernières années, le nombre moyen par femme est faible. Et cela se ressent dans les écoles avec la suppression des écoles ou de classes. Résultat ; on a des classes surchargées et parfois des classes intégrant deux  niveaux.
Au final ces 59 millions sont ils vraiment utilisés pour l'enseignement scolaire.

Toujours est il que ma fille est dans une école publique dont les fautes d'orthographe ne choquent ni le personnel administratif ni enseignant, que les questions de sécurité ne sont pas appliquées. A quoi bon s'embêter de saler un escalier enneigé utilisé par les enfants à chaque sortie de classe?

C'est la que le gouvernement va nous sortir la carte maîtresse celle du Master.
Pour être instit, il faudra être diplômée d'un Master.

Faudra t il que les ingenieurs disposent d'un doctorat pour travailler, les ministres devront ils faire l'objet de bonne connaissance generale (non vaut mieux pas il ne restera plus grand monde).

Quoi qu'il en soit cela me fait rire d'obliger les étudiants à posséder un Master pour enseigner, comme si l'enseignement sera digne de notre belle république et de qualité.
Pour être enseignant, à mon sens il faut posseder de bonnes qualités d'écoutes, d'un bon sens de pédagogie, d'une solide connaissance générale et d'une solide maîtrise du français.

Un Master prépare un étudiant à se spécialiser soit dans la recherche soit dans la vie professionnelle. Mais d'une manière générale, l'étudiant a des matières à potasser avec des dossiers à préparer et un mémoire à la fin.
Que se passe t il  si l'étudiant fait une très bonne copie, un très bon dossier mais avec pas mal de fautes d'orthographes. Sera t il recalé ? non? Sa note sera juste un peu diminuée ... mais à priori cela ne l'empêchera pas d'enseigner les fautes à nos bambins.
Et comme ces bambins lisent de moins en moins les fautes de français seront toujours là et deviendront la norme.
Et puis pourquoi lire, notre cher Sarko n'a t il pas dit qu'il s'endormait devant la Princesse De Cléves.

Déjà les universités se livrent à une concurrence sans merci et proposent des Master clé en main pour devenir enseignant.
Le hic c'est qu'au sein de ces universités on trouve davantage de chercheurs (doctorant) qui n'ont pas toujours le sens pédagogique ou des professionnels qui n'ont pas toujours le savoir d'enseigner.
et tout cela pour des frais d'inscription qui vont avec l'inflation : jamais à la baisse.
Et on s'étonne que les lycéens et étudiants ne sont pas d'accord ?

Publié dans education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article